Le droit

Le droit
     Il y’a différentes manières de commencer un article sur le droit,mais j’ai voulu débuter avec cette phrase de Victor Hugo : »la loi ignore presque le droit« ,dans son oeuvre titré  « l’homme qui rit ». Pourquoi ?
     Voyons d’abord des définitions du droit. Ce mot regorge d’une diversité et de beaucoup de définitions,mais j’ai gardé celle qui sera plus appropriée à la ciatiton ci -dessus. Voilà une définition plus courante, le droit est défini comme l’ensemble des règles qui régissent la conduite des hommes et des femmes en société,les rapports sociaux ou de façon plus concrète l’ensemble des règles imposées aux membres dune société pour que leur rapport sociaux échappent à l’arbitraire et à la violence des individus et soient conforme à l’éthique dominante. Nous parlons ici du droit objectif.
       Maintenant voyons un aspect différent du mot,voyons le droit comme nous allons l’aborder dans mes prochains articles,comme des privilèges par exemples,que jouissent chaque personne d’une  communauté ou plutôt d’une société. Cette fois, nous avons affaire au droit subjectif. Enfin bref…
   Revenons à la citation maintenant, que dit la loi sur…? Non d’abord qu’est-ce qu’une loi ? Nous avons appris que la loi est une règle ou ensembles  de règle établies par une autorité souveraine. Autorité que, nous citoyens/citoyennes choisissons.
       À présent voyons ce que peux dire une loi sur ces privilèges que nous devrions jouir. Prenons par exemple la constitution haïtienne,celle du 29 mars 1987 amendée le 9 mai 2011,allons au titre 3 titré : Du citoyen-des droits et des devoirs fondamentaux.
        Art.17.1 parlant du principe du quota d’au moins 30% de femmes reconnu à tous les niveaux de la vie nationale,notamment dans les services publics.
        Alors chèrs/ères lecteurs/trices,ne comprenez vous pas cette pensée de Victor H? Pourquoi ce quota alors qu’ils sont censés jouir des mêmes privilèges ?

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer